La faute grave n’est pas caractérisée par la loi. Les illustrations de faute grave les plus fréquemment admises par la jurisprudence sont notamment : insubordination, injures, abandon de poste, harcèlement… . La faute grave se distingue toutefois de la faute lourde, qui constitue le degré ultime du licenciement disciplinaire, et qui révèle l’intention de nuire de son auteur. Tel serait le cas d’un détournement de clientèle afin de constituer une nouvelle entreprise. Le licenciement est souvent prononcé dans les hypothèses précitées.

Procédure de licenciement pour faute grave

Procédure de licenciement pour faute grave

La mise à pied conservatoire

La faute grave rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise, et l’employeur prononce souvent une mise à pied conservatoire pendant le déroulement de la procédure de licenciement. Le salarié doit alors quitter immédiatement son poste et ne percevra aucune rémunération pendant toute la durée de la mise à pied.

Convocation à un entretien

L’employeur est tenu d’envoyer, ou de remettre, au salarié une lettre de convocation à un entretien préalable au moins cinq jours ouvrables avant la tenue de cet entretien . Cette lettre devra notamment indiquer au salarié que l’employeur envisage de le sanctionner. Le délai de cinq jours ouvrables est destiné à permettre au salarié de préparer utilement sa défense.

L’entretien proprement dit sera l’occasion pour l’employeur d’exposer les faits et de recueillir les explications du salarié. À l’issue de cet entretien, l’employeur peut éventuellement revenir sur sa décision de licenciement ce qui est rare en pratique, ou poursuivre la procédure.

Expédition de la lettre de licenciement

Si l’employeur décide de licencier le salarié, il doit lui envoyer une lettre de licenciement dans un délai minimum de deux ouvrables après la tenue de l’entretien préalable. Cette lettre doit être motivée de façon précise et relater les faits reprochés à l’intéressé. Si le salarié juge non justifiée la décision de l’employeur, il lui est recommandé de consulter un avocat en droit du travail.

Contrairement aux autres motifs de licenciement, à l’exception de la faute lourde, le licenciement pour faute grave ne permet pas au salarié de bénéficier d’une indemnité de licenciement, ni d’exécuter un préavis ou de percevoir une indemnité compensatrice de préavis.

Découvrez nos articles complémentaires sur le sujet :

Nous vous conseillons sur vos droits et vous assistons pour toute situation relevant du droit du travail Nous Contacter